Pourquoi mais pourquoi ??????

Je vais attaquer ma dixième année de photographie et j'aime tout photographier ! Mais avec le temps, je dois bien avouer que j'ai un petit coup de coeur pour les mammifères. Peut-être est-ce parce que le niveau de difficulté est bien plus élevé ?!

Mes premières années j'ai photographié un peu tout ce qui passait mais il y a un animal que je ne cherchais pas à rencontrer, c'est le renard. Tout simplement parce qu'à l'époque j'avais déjà entendu beaucoup de choses sur cet animal. Et beaucoup de photographes m'avaient déjà bien expliqué des expériences assez douloureuses, des histoires qui se finissent mal et je n'avais pas envie de vivre ça !

Je ne sais pas trop expliquer, c'est un animal que j'admirais et je faisais tout pour ne pas le croiser... Puis, arriva cet été 2014, alors que je me rendais sur un de mes spots à chevreuils pour affûter, je fis une rencontre qui changea tout lors de mes différentes soirées et je ne compte plus le nombre de fois où une renarde venait chercher de la nourriture non loin de mon affût, voire quelquefois à moins de 3 mètres. J'étais juste admiratif et voilà je fis mes premiers clichés de renards, comme ça sans le vouloir... Pour finir je suis resté quasi toutes mes soirées d'été avec elle. Le tout dans des lumières parfois juste magnifiques... Ca y est, j'avais le virus !!

Ce fut même au final, quasi une drogue ! Quel animal fascinant... C'était pour moi l'occasion de mieux le connaître.

Par la suite, je fis connaissance avec ses 3 renardeaux. Là aussi j'étais fou !! Je les ai suivis pendant 3 jours puis je les ai laissés tranquille, peur du dérangement. J'ai eu l'occasion de les croiser dans les semaines qui suivirent mais malheureusement deux de ces petites boules étaient décédées. Il n'en restait qu'un que j'ai observé de loin ! Un été presque parfait...

En continuant ma quête photographique, j'ai eu l'occasion de croiser plusieurs fois quelques renards et à chaque fois je ne pouvais m'empêcher de les observer. Et que dire de cette belle journée brumeuse qui me revient en tête, alors que je revenais d'un affût aux chevreuils, où je croisa un jeune renard au milieu de la route, qui se prêta au jeu de la photo pendant plus d'une heure ! C'est le genre de souvenir qu'on n'oublie jamais...

Croiser un roux, c'est quand même quelque chose...

Le temps passe, les rencontres sont de moins en moins nombreuses mais j'ai toujours espoir quand je pars à la billebaude, d'en croiser un mais ce n'était que très rarement le cas. Car les populations sont très pauvres dans la région. C'est simple l'année passée, je n'en ai croisé que 2 et encore, furtivement...

Puis arriva cette rencontre, celle que j'attendais depuis des mois et des mois, c'était la semaine passée ! Je pris la direction de quelques routes de campagne que je n'avais plus prospectées depuis quelques mois. Ce jour-là les ambiances étaient juste exceptionnelles, une petite brume, une ambiance bleue et le sol était complètement givré ! Le rêve quoi pour croiser un bel animal. Et à ma grande surprise, en arrivant sur une prairie que je qualifierais de magique, car l'année passée j'y ai croisé je ne sais pas combien de chevreuils (la carte SD a d'ailleurs chauffé), là, oui, je crois rêver, et oui il est 7h du mat, je suis encore dans les vapes, je rêve ou pas ? Un renard !! J'arrête, je l'observe, il m'observe puis prend la fuite. Il se retrouve à plus ou moins 40 mètres de moi et là, bien traquillement, il s'assied tout en me regardant ! En étant le plus discret possible, j'essaie de me retrouver couché au sol en espérant faire une petite approche. Mes vêtements à peine percés et à ma grande surprise, le voilà qui se redresse et avance tout droit dans ma direction. Il arrive à 5 mètres, me regarde et s'assied !! Sur le coup je me suis demandé ce qui m'arrivait ! Wouah !! J'ai rarement eu l'occasion de vivre ça...

Je ne photographiais même plus, on s'observait, mutuellement ! Croiser un renard dans ces conditions, j'en rêvais et j'en rêvais encore... Puis il partit à la recherche de nourriture, dans un rayon de 20 à 25 mètres autour de moi, il resta là, je faisais des photos et des photos et je ne le perturbais même pas. Je l'ai pris dans toutes les positions, les lumières, à contre-jour, enfin soit, c'était le jour J, le jour où tout marchait ! Je dû interrompre mon rêve pour aller au boulot, grrrrr, je le laissa à ses occupations, je partis aux miennes. Je n'avais qu'une hâte, rentrer à la maison pour post-traiter mes photos ! Génial, je les ai enfin ces clichés !!

Les jours qui suivirent j'étais de nouveau au poste et mon objectif croisa de nouveau son regard mais d'un peu plus loin. Je n'ai pas cherché à l'approcher, je voulais juste l'observer, même de loin, cela me suffisait... Ces instants je ne les oublierai jamais.

Hier encore, il passa juste devant moi, s'arrêta, à 3 mètres, en me regardant, je lui tirai deux fois le portrait puis il reprit sa route. Que demander de mieux quand tout roule ainsi ?!

Donc aujourd'hui, ce premier mars, j'attendais, impatient, 17h, pour pouvoir aller peut-être le revoir. Car ce matin, il y avait vraiment trop de verglas et de neige pour sortir la voiture... Car dans le fin fond de la campagne, les routes sont rarement dégagées et je suis bien souvent le premier à passer... Et ce matin, c'était quand même trop dangereux pour risquer la voiture ! Une fois au poste, fin de journée donc, il n'était pas là ! Donc je repars faire une petite balade en espérant revenir un peu plus tard en soirée pour peut-être un passage de mon roux. Je pris la direction d'un champ où deux crécerelles me font bien souvent un festival le soir, j'arrive sur place et de nouveau rien ! Je me dis, tiens, aujourd'hui, elle n'est pas bonne !! Sans trop insister, je repris la route tout en passant devant mon spot renard. Et en regardant sur ma droite, je vis une tache brune, rousse, je ne sais pas trop identifier. Et oui, avec le temps, la vue c'est plus trop ça, lol ! J'arrête la voiture et je décide d'aller voir. Et plus je me rapprochais plus je me disais, non c'est pas possible, c'est pas lui ! Et bien si, mon beau renard avait une balle pleine panse comme disent les chasseurs !!

Je restais là, proche de lui et je n'avais plus de mots... Mon histoire venait de se finir brusquement. Toutes les images que je rêvais de faire encore avec lui s'effacent ! Quel dégoût, quelle rage !! Je restais là, sans mots... Moi qui pensais que ce territoire était mieux géré au niveau des chasses et que les animaux pouvaient y vivre en bonne quiétude. Quelle déception ! C'est bien partout pareil, je me demande toujours pourquoi lorsqu'un chasseur croise un renard il se sent obligé de le tuer. J'en ai déjà entendu des histoires de chasseurs et la fin est toujours la même... Mais pourquoi ? Je me souviens alors que j'étais en train de photographier en forêt, un chasseur s'arrête près de moi et me dit: "je viens d'abattre un renard, je l'ai pendu au mirador et cette fois-ci on ne pourra pas dire que je ne fais pas mon boulot !". Tout en tournant la cartouche entre ses doigts... Avec le temps j'ai appris à tempérer et j'ai repris ma route sans un mot ! Avant je lui aurais dit ma façon de penser mais je suis bien triste de constater que ça ne sert à rien ! Ah ces mentalités !

Pourquoi le renard est-il toujours considéré comme un nuisible, un voleur de poules, rempli de maladies... Quand est-ce que vous vous rendrez compte que ce renard a une utilité incroyable pour la nature ? C'est fou, c'est fou, c'est fou ! J'ai déjà vu des tueries dans ma région qui me rendent juste malade ! Ne pensez-vous pas, vous, les grands régulateurs, qu'il n'y a déjà pas assez de décès chez les renards au bord des routes ? Combien de renardeaux finissent leur courte vie sous les roues, c'est vraiment du grand n'importe quoi. Il y en a tellement peu dans ma région, que je crois qu'un jour j'assisterai aux chasseurs qui réintroduiront du renard... Vous savez, comme les faisans, qu'on balance deux jours avant une chasse ??

Bon, j'ai déjà été assez long, je suis encore dans un dégoût profond, je n'étais absolument pas contre la chasse, je suis contre la sur-chasse mais maintenant avec le temps et tout ce qui se passe, c'est un peu comme dans la vie de tous les jours... et je suis devenu anti-chasse. Le bon chasseur n'existe quasi plus, peut-être quelques exceptions mais je crois qu'on peut les compter sur les doigts de la main... J'espère vraiment qu'un jour, on arrêtera de prendre nos beaux renards pour des sales bêtes et à la place de rester dans vos vieilles mentalités, vous tueurs, apprenez à le connaître avant de les abattre ! Vous vous rendrez compte qu'au final vous n'êtes que des pauvres cons...

Une dernière pensée pour cette dernière rencontre: "Tu es mort maintenant mais tu m'as vraiment fait vivre de belles émotions ! Ciao l'ami et bon vent au pays des renards !! "

Commentaires (6)

1. BELINGARD Pascal 14/04/2018

Bonjour,
très beau récit, superbes photos du renard malheureusement sa fin est douloureuse et injustifié je haie ses mecs qui respect pas et laisse pas vivre ses magnifiques animaux.
Amicalement

2. Philippe Renauld 11/04/2018

La connerie humaine est tellement sans limite !!!!
Quelle triste histoire pour ce renard qui était juste sublime.

Gilles, faut continuer à nous montrer de belles images de la nature et prouver à ces cons que les seuls vrais chasseurs sont les chasseurs d'images.

3. Puech Patrice 28/03/2018

Bonjour,

Superbe récit, magnifique photo du renard et fin tragique ! Comment faire bouger les choses, le lobby de la chasse est si puissant ! Avec l'APAS peut-être ? Il faut éduquer nos jeunes mais n'oublions que les chasseurs l'ont aussi compris car il passe dans les écoles pour promouvoir leur pratique meurtrière, un comble !

Cordialement.
Patrice

4. Cony 02/03/2018

The photos are beautiful, but the font is way too small in your article.

5. Arnaud Corbier 02/03/2018

Salut Gilles,

Il t’est arrivé finalement ce que tu décris au début de ton texte…. Courage mon ami. Et faisons bouger les choses !!!

6. Philippe Hayart (site web) 01/03/2018

Un récit qui commençait si bien...
Quels beaux moments tu as vécus auprès de ce magnifique animal !
Chaque rencontre avec le goupil est une joie. Hélas, le tien n'était sans doute pas assez méfiant, et il l'a payé de sa vie...
J'ai de plus en plus de mal à supporter ces vieux connards avec leurs flingues. Le meilleur moyen de lutter, c'est surement de montrer aux jeunes, aux enfants, comme la nature est belle, et qu'il faut tout faire pour la conserver au lieu de la détruire.
Amicalement

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 01/03/2018